Ma dernière soirée avec Oleg

Le 16-11-2006 • Pays : Russie

Oleg Povarov, le directeur d’une compagnie de géothermie, a organisé en l’honneur de ma venue une réunion du groupe de travail de l’académie des sciences qui travaille sur les problèmes de haute température et de centrales géothermiques. Son fils, Konstantin que j’ai rencontré deux mois avant à San Diego aux Etats-Unis, vient me chercher au musée Vernadsky. Je suis accueilli chaleureusement et après une série de présentation, on passe au salon pour un repas. Je retrouve alors l’âme slave, avec laquelle j’ai pris des distances depuis plus de 10 ans. Le repas est placé sous le signe de notre rencontre, des histoires toutes différentes qui se croisent à la faveur d’un projet européen et qui donnent naissance à de nouvelles idées et peut être à une histoire commune. En tout cas, qui s’accompagne d’un sentiment de complicité qui va au-delà du seul rapport professionnel. On porte des toasts et on célèbre particulièrement Evald Schpilrain, un académicien, âgé de 80 ans, doyen du projet européen et animé d’un regard pétillant et d’une joie de vivre communicative. C’est le maître à penser de toutes les personnes ici présentes, celui qui fut leur professeur, maître de thèse et collaborateur. Et notamment d’Oleg, un homme aussi animé d’une joie de vivre et d‘entreprendre très communicative. Personne n’imagine ce soir là que 3 semaines plus tard Oleg décédera, victime d’une crise cardiaque. Un choc pour tous les partenaires. Je vous dispense du « on est bien peu de choses » mais je n’en pense pas moins. J’aime son sourire sur cette photo.

Oleg Povarov

Au retour à l’hôtel, je retrouve les collègues et met en pratique ma redécouverte de l’âme slave…

Avec Daniel




Syndication :
Dans Moscou

Le 15-11-2006 • Pays : Russie

On vient nous prendre à 9h00 du matin et nous atteignons le musée, face au Kremlin et à la place rouge à presque 11h00. La circulation à Moscou est devenue infernale. Des files de voiture sur des kilomètres, des carrefours bloqués où plus rien ne bouge pendant une demi-heure, un cauchemar que l’on espèrerait ne jamais avoir à subir. On a même vu les voitures passer sur les trottoirs pour doubler les files… Arrivés au musée, le congrès dédié à l’utilisation des systèmes d’information dans les sciences de la terre commence. Séance d’ouverture, je retrouve Patrick Lefort, géologue de Grenoble qui a opté pour la carrière diplomatique depuis presque 10 ans et que je n’avais pu rencontrer lorsque j’étais en Namibie (il était alors en poste tout près... à Pretoria). Le midi nous allons casser la croûte dans le centre commercial souterrain qui est sous nos pieds. Je me rappelle Montréal et la préoccupation de pouvoir vivre sous terre pour échapper à la couche de neige hivernale. Un microcosme protégé par des gardiens et des portes détecteurs de métal qui paraissent peu adaptés en cas d’attaque sérieuse. Bizarre… Un sentiment mêlé alors qu’une journaliste a été abattue en rentrant chez elle le soir il y a quelques jours, alors que des exclusions professionnelles viennent d’être décrétées contre les gens du Caucase, que les scandales financiers éclatent régulièrement et que les distributeurs de billets vous laissent le choix entre les roubles et les dollars. Etonnant non ?

Prenez modèle Le modèle
Syndication :
A Moscou

Le 14-11-2006 • Pays : Russie

Départ pour Moscou. Le vol se passe sans problème. Les vols vers l’est signifient arrivée tardive. Une longue course en voiture avant d’arriver à l’hôtel. Bien rénové, mais situé très loin en banlieue Sud. Accueillis par une collègue du musée Vernadsky, on se retrouve pour manger quelques sandwiches, bien sur arrosés de vodka. Il me reste à préparer ma présentation du lendemain… L’attraction de la télévision est limitée, quelques chaînes, mauvaise réception et beaucoup de pub. Il reste CNN, en russe…

Bienvenus
Syndication :
L'anniversaire de Clésio

Le 23-07-2006 • Pays : Brésil

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Clésio qui était très content. Il y avait une quinzaine de personnes, une table avec des gros poissons et un grand gâteau avec beaucoup de crème. Moi j’ai bien joué avec Liliane, ma petite cousine, fille de Carol qui est la sœur de Clarissa, fille de Clésio qui est le fils du frère de la mère de Yara. Vous avez suivi. Je peux aussi vous le résumer en portugais si ça peut vous aider.

Joyeux anniversaire Avec ma cousine Lilianne


Syndication :
Arembepe

Le 22-07-2006 • Pays : Brésil

Nous sommes allés voir les tortues avec Deo à Arembepe, un villa de pécheur célèbre dans les années 60 avec des visiteurs comme Janis Joplin ou Mick Jagger. Et nous nous sommes baignés dans une nouvelle piscine naturelle et avons vu plein de poissons au pied de la barrière de corail. Deo et Yara étaient pendant ce temps là au bar à nous attendre, Deo étaient heureuse d’être sortie.

Arembepe 



Syndication :
La glace au chocolat

Le 21-07-2006 • Pays : Brésil

On est allé louer une voiture et ensuite on a passé le début de l’après midi sur la plage. En quittant la plage on est allé manger dans un restaurant et j’ai mangé un petit crabe. Hum… c’était très très bon… Je me suis endormie ensuite sur les genoux de papa et me suis réveillé en face du magasin de glaces. J’ai mangé une grande glace au chocolat… Hum… c’était aussi délicieux. Le soir, j’étais un peu triste car papa et maman sont allés au restaurant sans moi… Pff, ce n’est pas juste… Alors j’ai appelé plusieurs fois maman sur son portable. Pour lui rappeler que j’existe. Na…

La glace au chocolat



Syndication :
Au barzinho

Le 20-07-2006 • Pays : Brésil

Maroel, Lourdes et Lisete sont venus manger le midi à la maison de Déo. Le repas était délicieux, préparé par Maman et Tais. Papa a fait la caïpirinha et les bananes flambées. Thaïs junior a mis la table et animé la discussion avec les anciens. Le soir, j’ai regardé les « novelas » à la télévision avec Déo. Ma « novela » préférée s’appelle « les rebellles » et ça parle des jeunes qui n’aiment pas faire ce que leurs parents disent. Et je me sens aussi parfois rebelle, par exemple quand je ne veux pas me brosser les dents. Papa et maman étaient dans une baraque à écouter de la musique.

Le groupe de musique
Syndication :
On the beach

Le 19-07-2006 • Pays : Brésil

Maman est venue nous rejoindre à la plage pendant qu’on se baignait. Elle nous a pris en photo dans notre piscine naturelle. Pendant ce temps, on regardait les beaux poissons autour de leurs rochers

La pêche aux cailloux Notre piscine naturelle

Syndication :
A la praia

Le 17-07-2006 • Pays : Brésil

J’ai pris mon petit déjeuner avec Deo et comme il y a du soleil on va aller à la plage avec papa pendant que Deo et maman iront chez le médecin.
Le petit déjeuner

Nous avons pris le bus pour aller à la plage comme des vrais bahianais. Une conduite sportive… Accrochez vous à votre siège… A la plage, il y avait plein de monde… On a eu du mal à poser notre serviette sur le sable… C’est une blague, regardez sur la photo : pour les brésiliens, il y avait trop de vent, trop de vague et pas assez de soleil, seuls les touristes un peu fous étaient là… Ce n’est pas grave, on a fait un château magnifique, on s’est baigné deux fois et après on a été boire un jus d’orange.

Est il rentré dans le cocotier De beaux chateaux de sable

On est ensuite rentré en taxi car Thaïs était fatiguée. Ma fille a 6 ans et quelques mois. Notre voisine de bus nous a souri en nous entendant parler français et rire. Thaïs dort maintenant sur mes genoux dans ce bus qui nous ramène de la plage de Barra. La lumière du soir est magnifique sur les collines pavées de favelas. Thaïs a déjà acquis une maturité de petite fille, fini maintenant le temps ou je finissais ses glaces au chocolat ou ses jus d’orange. Elle a l’appétit d’une grande… mais a encore la recherche du contact et de la chaleur du père. Je suis touché par ces minutes qui passent, uniques dans leur enchaînement, leur contexte et notre Histoire. Nous avons failli rater l’arrêt du bus…

La vie en rose

Syndication :
Sauveur

Le 16-07-2006 • Pays : Brésil

Deo était très contente de me voir et moi j’étais très heureuse de la retrouver. Hier, en fin d’après midi, je suis allé chez Lourdes avec Deo. Le soir, nous avons un peu fait les folles, Deo dansait sur sa chaise en écoutant le Padre Marcel et moi je rigolais en faisant des photos. Ce dimanche matin, Deo et moi, nous avons beaucoup joué pendant que Deo regardait la messe à la télévision. Et cette après midi, nous irons avec papa à la plage pour faire des châteaux de sable si il fait beau. Comme le temps est resté couvert, on n’est pas allé à la plage et je suis allé avec Deo chez Lourdes où il y avait mes cousines, Flavia et Gabi.

Syndication :
Si tu vas à Salvador

Le 15-07-2006 • Pays : Brésil

Le voyage s'est bien passé et nous sommes bien arrivés à Salvador avec juste une demi-heure de retard. Le Brésil aujourd'hui: tous les feux au vert ce matin (contrôle des passeports, bagages, enregistrement sur la compagnie GOL avec 68 kg au lieu de 56, levé de soleil sur Rio avec le Corcovado à l'horizon...), Clarissa, Carol, Fabio (son copain) et Liliane nous attendent, le métro de Salvador toujours en cours de construction depuis 5 ans, les retrouvailles entre Thaïs et sa grand mère, la pluie ce soir à Salvador et Thaïs toujours autant increvable après ses 24 heures de voyage... Et des photos à notre arrivée pour bien illustrer l'ambiance...

L'image du bonheur Le sourire de Deo

Syndication :
Rencontre

Le 31-01-2006 • Pays : Gabon

De retour à Libreville, j’ai le plaisir de retrouver en début d’après midi Julien avec qui j’avais travaillé en 1986 au Gabon. Il était alors géologue débutant et s’était motivé à mon contact à l’étude des structures. Il était venu en France et je lui avais conseillé de faire un DEA à Rennes avec mon ancien professeur d’université. Ce qu’il fit. On se rappelle alors qu’une responsable du BRGM de l’époque, qui n’avait une estime vraiment très limitée à mon égard, lui avait dit qu’il était sur la mauvaise pente en suivant ce type de formation. En effet, il est aujourd’hui adjoint au Directeur de l’Eau… Comme quoi, il faut se méfier des jugements d’école… Il me rappelle ensuite que j’étais un superviseur difficile mais me remercie avec le recul de ma sévérité… Retrouver les anciens élèves est incontestablement une des grandes satisfactions que nous apporte le métier d’enseignant, l’émotion d’avoir croisé et agit, souvent de façon symbolique, sur la destinée d’une autre personne.

Syndication :
L'appel

Le 30-01-2006 • Pays : Gabon

Aujourd’hui le terrain est avec Serge et Raymond pour la géologie et la bande à Aymar pour le machettage et le portage. Et Obonou au fusil de chasse. La veille il a tué une gazelle et veut récidiver. A la fin de notre journée de terrain, il se laisse distancer en forêt et quelques minutes plus tard on entend un chant profond : il appelle les animaux. Mais aucun animal ne viendra. Michel me racontera alors qu’une fois les gars avaient ainsi appelé les animaux et s’étaient retrouvés encerclés par les éléphants. Ils n’avaient pas pu rejoindre leur campement ! Mais en tout cas, qu’on se le dise, on peut appeler les animaux en forêts et ils peuvent venir.

Syndication :
Nul ne peut rien contre la volonté de dieu

Le 29-01-2006 • Pays : Gabon

On déménage, démontage des tentes et repliage des équipements. Ce coin où nous étions installés était d'une atmosphère étrange, comme si le temps s'était arrêté. Le pont avec des arches de métal sur la rivière, deux maisons sur le coté droit de la route avec une assez grande place pour installer nos tentes. De l'autre coté, trois maisons et au milieu de ces maisons, une grande tombe. De 5 mètres sur trois, en béton. Comme si le dernier habitant avait voulu maudire l'espace en se faisant enterrer au milieu d'un espace de vie pour tuer cet espace de vie. Comme imaginer vivre dans une maison avec au milieu de la cour un tombeau ? Une malédiction ou alors une autre relation à la vie et à la mort que celle que nous avons ? Mais comme il est écrit dans le village de Nzogbot; nul ne peut rien contre la volonté de dieu.

Syndication :
D'autres traces

Le 28-01-2006 • Pays : Gabon

Je pars avec Serge, Claude, Aymar et Hans Thierry pour retrouver une ancienne piste qui doit nous mener au Nord. Obonou est avec nous. Expérimenté de la forêt et de la chasse, il repère très vite une zone où toutes les plantes et arbustes sont couchés et cassés : un lieu de combat d’éléphants, un jeune a cherché à s’imposer dans un groupe. On perd vite cette ancienne piste, complètement refermée, et on retrouve la rivière. Un peu plus loin on trouve un terrain de jeux pour éléphant, avec tobbogan pour éléphant dans l’argile et atterrissage dans un bain de boue. Terrain de combat, terrain de jeux… choisissez, vous êtes chez vous…

Syndication :
Précédente - 1 - 2 - 3 ... 26 - 27 - 28 - Suivante

Copyright © Patrick Ledru Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.